Chronique de La Maison des rencontres de Martin Amis

Son précédent roman, ‘Chien jaune’, traînait un peu la patte… Pourtant Martin Amis, qui compte au rang des plus grands écrivains britanniques contemporains, a l’art de rebondir en allant, pourquoi pas, tremper sa plume dans de lointains horizons. Il s’offre avec ‘La Maison des rencontres’ un surprenant voyage aux confins de la Sibérie. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, au moindre faux-pas – ou selon le sens du vent -, le Communisme victorieux envoie valser ses rejetons derrière les grilles du goulag. Un homme y retrouve Lev, son demi-frère, demi-portion qui lui a volé son amour, et au passage, une bonne partie de sa vie. Jusqu’aux récentes et médiatiques prises d’otage la fraternité hésitera entre la jalousie et le sens du devoir.


Dans ce témoignage d’une vie de souffrances, tant subies qu’infligées, d’un père à sa fille, Amis réussit le tour de force de parler d’amour au coeur de la barbarie, au sein de la misère la plus noire. Son regard perçant sonde l’âme russe, de l’horreur des camps à la répression aveugle du terrorisme. Il dépeint un Etat total, une entité de granit hantée par les chiens sauvages, où les individus relèvent de types, de castes, où une poignée de vies ne vaut pas un kopeck.


Les territoires de la fiction n’ont pas de frontières ; Martin Amis n’a pas à rougir de sa vision du goulag et de la Russie. Et si l’on peut être gêné par les extrapolations suggestives ou une tonalité faiblement nuancée, reste que l’écrivain signe un ouvrage juste et assumé. Jamais avare d’un bon mot ou de références culturelles bien senties, il habille la réalité brutale d’une langue appuyée, toujours soignée. Son roman russe marche sur les pas de Soljenitsyne mais s’avère plus dostoïevskien dans la forme. Martin Amis, c’est la force des mots et la grandeur du message. ‘

La Maison des rencontres’ est porté par un puissant souffle glacial et un style infaillible.

La Maison des rencontres de Martin Amis

Editeur : Gallimard
Publication :17/4/2008

News Reporter